2

Liberty Group : Une révolution Libertine !

Il était une fois… il y ‘a trois ans en fait… deux jeunes parisiens libertins bisexuels qui ne se sentaient pas à leur place dans le monde libertin qui leur était proposé. Car oui, le royaume du libertinage est un monde qui a bien changé, jadis pour les libres penseurs, puis pour les élites, il est maintenant à la mode et attire beaucoup. Sur les sites de rencontres, on y voit de nombreux profils qui cherchent du sexe facile, consommable avec des critères physiques très précis allant jusqu’à la taille du pénis exigé TBM (très bien membré). Mais c’est un monde aussi patriarcal et normé ; certains clubs interdisent aux femmes porter des pantalons et chaussures plates tout en leur offrant l’entrée (si c’est gratuit c’est toi le produit). Au niveau de la sexualité, la bisexualité est accepté (voir plus ou moins obligatoire) pour les femmes alors que pour les hommes c’est plutôt la virilité qui est mise en avant. (D’ailleurs j’ai un super souvenir de papoter joyeusement en sauna avec un ami… en parlant de gode ceinture j’ai fait fuir un homme seul qui nous regardait avec gourmandise).

Résultat, beaucoup de femmes bie passives, d’hommes bi frustrés, peu de réel mélange de corps. Et surtout ..une prolifération de couples dont le « monsieur » met la « madame » en vitrine, se servant d’elle et de sa bisexualité (réelle ou non) pour coucher avec d’autres femmes.

Nos deux jeunes protagonistes ont alors 3 choix, se conformer à un monde dans lequel ils se sentent étriqués par la norme, renoncer à leurs désirs de mélanges de corps ou créer leurs monde. C’est alors qu’armés de leur philosophie qu’ils créèrent leur bulle de plaisir, faite pour s’étirer, accueillir des amis avec convivialité et respect.

Tadaaam … ! liberty-group

Stéphane, le créateur, m’a expliqué qu’il a eu envie de recréer la dynamique des orgies romaines en revenant à la philosophie fondamentale du libertinage. Le groupe c’est avant tout des amis qui se retrouvent, discutent dans la complicité et se mélangent parfois dans la détente, tendresse, simplicité, générosité, respect, humour et luxure. Le mélange des corps ne se soucie pas de la culture, de la richesse et de la couleur de peau, seul le respect, le plaisir et l’amitié les lient.

Plus on est bi, plus on rit

Mais pour garantir cet esprit il faut prendre quelques précautions : les personnes sont recrutées sur le feeling pour être sûr qu’elles adhèrent aux valeurs et sont réellement bisexuelles. Le groupe n’a pas de but commercial et reste un collectif de 150 libertin-e-s.

Autre chose que je trouve absolument formidable et qui me fait vraiment plaisir : Le groupe organise ses apéros/ sauteries/ repas dans des lieux libertins mais pas que ! Dans les lieux non coquins, il permet de sensibiliser et de casser les clichés qu’il y a autour du libertinage. De montrer le fossé entre la réalité et les suppositions souvent glauques que se font certaines personnes permettant d’ouvrir leurs esprits. Non le libertinage ce n’est pas des gang bang, ce n’est pas non plus des pénétrations à foison et des regards vicieux ponctués de « hmmm la salope ».

Car oui, le libertinage peut-être aussi varié que le sont les sexualités des êtres humains. Mais cela est vrai pour la vie. Si tu te sens étriqué par les normes de ton environnement, pas à l’aise dans une vie qui ne te conviens pas, esclave de valeurs qui ne sont pas les tiennes… Tout est possible, le changement est une quête excitante et pleine de sens lorsqu’il est aligné à ce que l’on désire vraiment. Le tout est de sortir de sa zone de confort. Dès lors tu peux vite te rendre compte que tu n’es pas seul et que le monde regorge d’âmes prêtes à vouloir oser d’être pleinement elles-même.

Une leçon de vie donné par un groupe de libertins bisexuels… ça t’épate hein ?

3

Je rêve…

homme nuages

Je rêve d’une société où le sexe n’est pas quelque chose de sale ou honteux.
Où les femmes sont libres de coucher avec qui elles veulent sans se faire juger.
Où les hommes se lâchent sans être entravés par le poids de leurs performances.
Où l’instinct et les désirs sont plus suivis que la norme.
Où les croyances limitantes explosent dans la douceur.
Où la bienveillance envoie valser les étiquettes et les jugements.
Où tout est possible, rien n’est obligatoire.

Je rêve d’un libertinage qui rêve de mon rêve.
Où le sexe n’est pas un objet de consommation mais un échange d’âmes à âmes.
Où le culte de la performance est oublié pour laisser place à la pleine jouissance de l’instant présent.
Où le coït n’est pas la finalité mais une partie des nombreuses possibilités qu’il est possible d’explorer ou de découvrir à plusieurs.
Où la musique fait frissonner la peau plutôt que de violer les tympans.
Qui n’est pas vu comme une perversion mais comme une liberté individuelle s’exprimant collectivement.
Qui aime prendre le temps pour faire naître les rencontres et les caresses.
Je rêve d’un libertinage qui prend plaisir à philosopher, débattre, remettre en question les normes et les croyances.

 

0

Les Libertins sont-ils modernes ?

« je ne peux pas te comprendre, je suis vieux jeu » est une phrase entendue de la part de plusieurs femmes au sujet de ma démarche libertine. Une d’elle considérait que j’étais moderne et elle classique et…romantique. Bon déjà cette déclaration sens le préjugé a plein nez. Romantique et niais nous le sommes, notre vie est rythmé par  boulot, dodo, petits plats de légumes cuisinés avec amour, sorties entre amis et…de temps en temps un petit plan à 4 nous émoustille. Non, nous ne sommes pas des partouzeurs frénétiques, enchainant gang bang et orgies sans répit et notre vie ne ressemble pas à un film porno.

C’est quoi la différence entre classique et moderne ?

Sans parler de couple ou de sexe le classique est soumis un ensemble de valeurs et de critères qui constituent un modèle à suivre dans le domaine de l’art en particulier. Mais aussi appartient à la tradition ,le moderne se démarque du classique car il brise les codes traditionnels.

Et dans les relations amoureuses et la sexualité ?

Le libertinage peut être vu comme moderne car « le libertin est celui qui remet en cause les dogmes établis, c’est un libre penseur (ou libertin d’esprit) dans la mesure où il est affranchi, en particulier, de la métaphysique et de l’éthique religieuse ». En fait, le libertinage était moderne, mais étant devenue un monde à part, des codes et normes se sont établies. Je vous conseille l’article « Sexualité et Logiciel Libre » qui montre les limites du Libertinage en le comparant au Polyamour sous l’angle de sa vision du monde libre.

Non, un couple libertin n’est pas forcement moderne, il l’est lorsqu’il se sent libre de faire se qu’il veut sans être entravé par les dictats sociaux et moraux préhistoriques. La communication et la sensibilité se libèrent. Les hommes essaient la stimulation prostatique. On assiste aussi à une farandole de nouveaux termes qui désignent des identités sexuelles et de genres qui s’adaptent à l’extraordinaire diversité de l’humain.

Les esprits s’ouvrent dans le sexe et les relations amoureuses et ça c’est moderne !

0

6 conseils pour débuter dans le libertinage en couple (avec des bouts de témoignages dedans)

6 conseils

1. Introspection de soi et de son couple pour connaître les motivations et les désirs.

Commencez par vous poser les questions suivantes chacun de votre côté :

Pourquoi je souhaite commencer le libertinage ?
Comment je conçois l’esprit libertin ?
Qu’est ce que je m’imagine vivre avec l’expérience du libertinage ? Comment j’aime faire l’amour ?

Et enfin partagez vos réponses unes à unes pour voir les similitudes ou les différences.

2. Établir ses propres règles.

Les similitudes ou les différences permettent de déterminer ensemble ce que vous désirez, ou pas. Il faut que vous soyez d’accord tout les deux et peut-être faire des compromis. Dans vos propres règles vous pouvez tout mettre : un signe en soirée pour donner l’accord, comment fuir d’une soirée qui ne vous plaît pas … Mais surtout vous pouvez changer les règles : avec le libertinage on découvre et on déconstruit certaines croyances.

N’oubliez pas d’aborder l’inconditionnelle question : Voit-on hors couple ?
Voulez-vous la totale liberté ou préférez-vous vivre exclusivement des moments d’intense partage de jouissance a plus de 2. Pour notre part nous avons décidé de ne pas voir hors couple parce que nous aimons nous regarder l’un autre l’autre pendant l’acte. Après, n’aimant pas la possessivité j’ai tenté de changer la règle en « on ne voit pas hors couple mais si ça arrive ça ne fera pas de mal à l’autre » Mais non Lucien ne veut pas et je respecte ça. Il a plutôt remplacer la règle avec « on ne voit pas hors couple donc si on est en soirée et qu’une personne très attirante nous branche, on la drague et on fera ça a trois ».

3. Communiquez avec la plus grande clarté sur vous et vos désirs.

Pour cela il faut s’imprégner du langage, des codes du monde libertin. Il y a autant de façon de libertiner que de personnalités et de fantasmes. Vous pouvez aller voir le glossaire libertin de Partagisme pour vous en imprégner.

Echangisme : La pénétration hors couple est autorisée.
Mélangisme : Il n’y a pas de pénétration séparée, mais milles caresse et coups de langues.
2+2 séparé : Les partenaires s’échangent et vont dans une autre pièce.
Caudaulisme : L’un des partenaires observe sa moitié coquiner avec un-e autre.

Mais ce n’est pas tout, il est important de bien déterminer quel profil de couple vous êtes pour trouver les personnes qui vous correspondent. Il faut être clair et honnête quand on se décrit aux autres et donc trouver un champ lexical sur votre couple. Il est très important d’être en phase avec ceux que vous rencontrez et de ne pas faire de concession ; savoir dire « non » est primordial.

Par exemple avec Lucien on ne pensait pas qu’un couple qui n’embrassait pas nous dérangeait. Une fois dans un jacuzzi avec des anti-salades-de-langue, qui te tripotent en te souriant bêtement et en te regardant dans le blanc des yeux nous avons compris à quel point nous avons besoin de cette divine entrée. Nous n’étions pas assez excités pour aller plus loin. À la fin on s’est aussi rendu compte que ce couple était branché vite-fait vite-joui, et niaient l’existence du point g. Nous avons pris conscience que nous n’échangeons pas assez sur l’essentiel (comment aime t-on faire l’amour ?) avec les autres.

4. Prends le temps qu’il vous semblera nécessaire.

Ne faites pas de concessions et osez dire non quand vous ne le sentez pas : « tout est possible, rien n’est obligatoire ». Prenez le temps de connaître les personnes avant de vous lancer si vous en avez besoin. Renseignez vous sur la sexualité des autres pour éviter les situations déplaisantes par exemple de tomber sur un homme qui te biffle en s’exclamant « tu aimes ma bite…Tu l’aimes comme elle est dure pour toi ? hein ? ». Je vous laisse imaginer le glam de la situation…Lucien a failli pouffer « Merci qui ?… ».

BONUS +++

5. Apprends des autres.

Le sexe est un art où rien n’est acquit, il est indispensable d’apprendre constamment. Échanger librement sur ses pratiques et techniques, voir d’autres manières de faire est une bonne manière d’apprendre. Par exemple on a apprit que derrière le genou c’est assez érogène et que le point g c’est fabuleux.

6. Choisis bien les amis a qui tu en parles.

Surtout éviter de le dire aux amis dont la petite amie est jalouse maladive, vous passerez pour des pervers qui essaye de donner des idées de libertinage à son mec, voir pire, essayer de l’entraîner dans une partouze. Alors que l’une de nos règles est justement « on touche pas aux amis ».

Pour terminer, nous espérons que ce guide vous aidera et dissipera vos préjugés sur le libertinage. En tout cas une phrase pour décrire toutes ces conseils : respecte toi tout en respectant l’autre. Pour toutes questions n’hésitez pas à commenter pour témoigner ou poser des questions.

0

Notre première fois en club et à 4

Le club libertin nous faisait peur, on le voyait comme si l’on est une fille et que l’on rentre seule dans un bar PMU au beau milieu d’un village paumé en pleine campagne. Se sentir comme un morceau de viande entouré de vicelards, un lieu ou les Bukake sont aussi fréquents qu’une fille qui se trémousse sur le bar en boite. Sans oublier cette image matuvu et blingbling qui colle au milieu libertin, accommodé d’une musique digne d’une fête de village où David Guetta et Patrick Sébastien défoncent vos tympans . Au final nous sommes allées au club 72 à Toulouse avec un couple d’habitués qui a su préparer le terrain en répondant a toutes nos interrogations, en dissipant nos craintes et en nous mettant a l’aise de par trois rencontres ou il n y a eu aucune coquineries.

 

Avant de prendre la route du club nous avons commencé la soirée chez eux autour de plusieurs verres de rhum histoire de nous décoincer ( on en avait vraiment besoin ). Une fois devant la porte avec une petite fenêtre grillagé faisant office de judas on s’est dit tout les deux que notre curiosité allait enfin être satisfaite après tant d’années à passer devant ce genre de porte. Une fois à l’intérieur la fille de la patronne qui reprend le flambeau nous a accueilli, nous avons récupéré paréos, serviettes ainsi que les clefs du vestiaire qui ressemble a celles de la piscine municipale sous forme de bracelet ; mis à part qu’il y a des capotes et du lubrifiant fourni avec.

 

Nous nous sommes ensuite dirigés tout les quatre vers le bar afin de discuter tranquillement autour d’une bière pour nous mettre a l’aise et découvrir le lieu. Une ambiance tamisée, des banquettes et des tables ainsi que quelques coins câlins et mis a part ceci le lieu ressemblait a une boite de nuit tranquille avec pour seule différences des tarifs boissons similaire a ceux d’un bar. La discussion entre nous battait son plein, il y avait quelques couples et beaucoup d’hommes seuls. A partir de là l’appréhension s’est dissipé, point de partouze, de hardcore, juste des gens qui prenait un verre tranquillement. Nos amis ont commencé a nous faire visiter les lieux, coins câlins, donjon S&M, pièces réservées aux couples avec clef électronique ; nous étions excités comme deux gosses un matin de noël.

 

Nous sommes ensuite parti nous changer pour prendre le chemin de la balnéo; en commençant par un sauna. C’est là que les mains se sont faites de plus en plus baladeuses, l’atmosphère étouffante du lieu nous a complètement libéré. Deux hommes sont entrés et nous ont dévorés du regard avec un petit espoir de participer mais sans intervenir. C’est là que nous avons décidé de foncer vers le spa qui était moyennement remplit, la discussion s’est poursuivi mais nos deux couples se sont vite transformé en bouée câline et gémissante. Nous nous sommes lâchés et laissés aller et a partir de cet instant le temps n’existait plus. Quelques personnes sont venu pour tâter le terrain, mais il n’a suffit que d’un geste pour qu’elles arrêtent respectueusement même si avec le lâcher prise du moment nous ne savions pas a qui était telles mains ou telles cuisses.

 

Une fois la balnéo terminé nous sommes reparti boire un coup, fumer, discuter avec les gens, continuer a nous câliner, rouler des patins tout les quatre un sourire niais sur le visage. La soirée s’est terminé dans l’espace couple privé, et là aussi le temps semblait s’être figé si bien que c’est un des employé qui a nous a rappelé que le club allait fermer. Le club 72 a une réputation de club/sauna glauque avec trop d’hommes seuls, nous l’avons au contraire trouvé convivial et les hommes seuls respectueux ainsi que de bonne conversation.

 

La nuit ne s’est pas terminé sur le coup puisque l’after a été encore plus chaud que le début de soirée. Et il était déjà 6 heures du matins quand nous avons eu la présence d’esprit de jeter un coup d’œil a la trotteuse.